Journal article Open Access

Les trajectoires des formateurs et formatrices en entreprise entre soumission à l'ordre social et pratiques alternatives

Lamamra, Nadia; Besozzi, Roberta; Duc, Barbara

En  Suisse,  la  formation  professionnelle  est  la  voie  la  plus  fréquentée  par  les  jeunes  au  sortir  du secondaire  obligatoire (SEFRI,  2018).  Près  de  deux  tiers  des  jeunes  y  suivent  leur  formation  post‐ obligatoire, même s’il faut relever  d’importantes variations selon les  régions  linguistiques1. La  voie duale2, qui alterne formation en école (de 1 à 2 jours par semaine) et en entreprise (3 à 4 jours par semaine),  occupe  près  de  80 %  des  jeunes  engagé‐e‐s  dans  une  filière  professionnelle. Dans  ce contexte, une population spécifique joue un rôle clé : les formateurs et formatrices en entreprise.

Malgré l'importance de ces personnes dans la formation quotidienne des apprenti‐e‐s, un manque d’informations statistiques et d’études les concernant est à déplorer (Bahl, 2012 ; Baumeler, Lamamra, &  Schweri,  2014; Capdevielle‐Mougnibas, Cohen‐Scali, Courtinat‐Camps, de Léonardis, Favreau  & Fourchard, 2013; Mulder, 2013). Cette contribution, fondée sur un projet de recherche financé par le FNS (100017_153323) et sur la thèse de doctorat qui y est associée, vise à documenter ces «acteurs et actrices oublié‐e‐s» du système dual en Suisse romande. Elle entend faire la lumière sur la manière dont on devient formateur ou formatrice en entreprise, sur les différentes trajectoires tant objectives que subjectives et sur ce que celles‐ci disent des «carrières possibles» en formation professionnelle duale.
 

Files (333.3 kB)
Name Size
Lamamra_Besozzi_Duc_CEREQ_Echanges_10_2019.pdf
md5:648a68c6053c9c24f5ca52730a8323c1
333.3 kB Download
49
22
views
downloads
All versions This version
Views 4949
Downloads 2222
Data volume 7.3 MB7.3 MB
Unique views 3636
Unique downloads 2020

Share

Cite as