Journal article Open Access

Recensione a A. Contini, Esthétique et science du vivant: De l'École de Montpellier à Henri Bergson (L'Harmattan 2016)

Caterina Zanfi

L’ouvrage de Annamaria Contini qui vient d’être traduit de l’italien (Estetica della biologia, Milano 2012) permet pour la première fois d’insérer l’esthétique française des deux siècles précédant Bergson dans un cadre nouveau, enrichi par la considération des échanges avec la science du vivant. L’originalité de cette étude tient en grand partie à son ouverture: elle ne se borne pas aux auteurs connus pour leurs travaux sur la théorie du beau et des arts, tels que Ravaisson et Guyau, mais considère aussi des scientifiques qui ont consacré à l’esthétique des réflexions marginales ou fragmentaires, et toutefois influentes dans le champ esthétique. Annamaria Contini montre ainsi un fil rouge qui unit les théories du goût et de la sensibilité propres aux auteurs de l’École de médecine de Montpellier, de Comte et de Claude Bernard aux théories sur l’art de Ravaisson et Guyau. Elle conduit enfin à une lecture des idées esthétiques de Bergson éclairée par la mise en relation avec le profond héritage qui a accompagné l’affirmation et la crise de la culture positiviste.

Files (55.9 kB)
Name Size
2017-26-Recensione-Contini.pdf
md5:b7f1534b6be8f7a73c87f259e2d1254d
55.9 kB Download
6
6
views
downloads
All versions This version
Views 66
Downloads 66
Data volume 335.5 kB335.5 kB
Unique views 66
Unique downloads 55

Share

Cite as