Thesis Open Access

Les makerspaces en Afrique francophone, entre développement local durable et technocolonialité Trois études de cas au Burkina Faso, au Cameroun et au Sénégal

Thomas Hervé Mboa Nkoudou


Citation Style Language JSON Export

{
  "publisher": "Zenodo", 
  "DOI": "10.5281/zenodo.4312031", 
  "language": "fra", 
  "title": "Les makerspaces en Afrique francophone, entre d\u00e9veloppement local durable et technocolonialit\u00e9 Trois \u00e9tudes de cas au Burkina Faso, au Cameroun et au S\u00e9n\u00e9gal", 
  "issued": {
    "date-parts": [
      [
        2020, 
        11, 
        23
      ]
    ]
  }, 
  "abstract": "<p>Au cours de la derni&egrave;re d&eacute;cennie, de nombreux pays occidentaux ont vu leurs espaces publics investis par la pr&eacute;sence d&rsquo;ateliers de fabrication collaboratifs ouverts et partag&eacute;s, connus sous le nom g&eacute;n&eacute;rique de makerspaces. Souvent d&eacute;crits comme des vecteurs de changement social et d&#39;industrialisation, les makerspaces se sont rapidement export&eacute;s de l&rsquo;Occident vers le reste du monde et en Afrique en particulier. Au vu de cette expansion, je me suis interrog&eacute; sur les finalit&eacute;s soci&eacute;tales et la neutralit&eacute; de ces ateliers collaboratifs dans le contexte africain. Aborder ces interrogations demande d&rsquo;&eacute;tablir un cadre commun de lecture du contexte sociohistorique et &eacute;conomique de l&rsquo;Afrique. C&rsquo;est dans ce sens que je me suis inspir&eacute; de la pens&eacute;e d&eacute;coloniale, pour d&eacute;velopper un cadre conceptuel constitu&eacute; de la technocolonialit&eacute; et du d&eacute;veloppement local durable. Le concept de d&eacute;veloppement local durable est une alternative au paradigme dominant actuel des approches de d&eacute;veloppement &agrave; savoir les objectifs de d&eacute;veloppement durable (ODD). Il est n&eacute; des travaux sur la justice cognitive et est compos&eacute; des dimensions suivantes : la qu&ecirc;te de justice cognitive, l&#39;&eacute;conomie informelle, les biens communs, l&#39;inclusion et l&#39;autonomisation, la pens&eacute;e alternative africaine et l&#39;innovation sociale. Quant au concept de technocolonialit&eacute;, il &eacute;merge de la colonialit&eacute; et de la matrice coloniale des pouvoirs dans les technologies num&eacute;riques. Il est constitu&eacute; des dimensions suivantes : le discours techno-utopique, les pratiques n&eacute;o-capitalistes et la colonialit&eacute; des savoirs li&eacute;e au transfert de technologie. Ce cadre conceptuel m&rsquo;a permis de reformuler mon interrogation en la question de recherche suivante : &agrave; quel type de d&eacute;veloppement les makerspaces contribuent-ils en Afrique francophone ? De fa&ccedil;on sp&eacute;cifique, il s&rsquo;agit de savoir si les ateliers collaboratifs peuvent r&eacute;ellement contribuer au d&eacute;veloppement local durable en Afrique ou s&rsquo;ils contribuent &agrave; renforcer la technocolonialit&eacute;. Pour r&eacute;pondre &agrave; ces questions, j&#39;ai men&eacute; trois &eacute;tudes de cas en Afrique francophone : le Ouagalab au Burkina Faso, l&#39;Ongola Fablab au Cameroun et le Defko Ak Niep Lab au S&eacute;n&eacute;gal. Pour chaque cas, j&#39;ai collect&eacute; des donn&eacute;es en combinant trois m&eacute;thodes : l&#39;observation participante, les entretiens semi-dirig&eacute;s avec les membres et les promoteurs des makerspaces, et l&rsquo;analyse documentaire. Apr&egrave;s avoir trait&eacute; les donn&eacute;es, j&rsquo;ai proc&eacute;d&eacute; &agrave; une analyse qualitative &agrave; l&#39;aide du logiciel Nvivo. Les diff&eacute;rentes cat&eacute;gories de mon analyse ont ensuite &eacute;t&eacute; compar&eacute;es et interpr&eacute;t&eacute;es en utilisant le cadre conceptuel construit au pr&eacute;alable. Mon &eacute;tude r&eacute;v&egrave;le que les makerspaces sont des communs de la connaissance qui permettent de lutter contre les injustices cognitives. &Agrave; ce titre, ils assurent l&#39;&eacute;closion des connaissances, favorisent l&#39;inclusion et l&#39;autonomisation des membres et catalysent l&#39;innovation sociale. En d&#39;autres termes, la dynamique au sein des espaces de fabrication collaboratifs est tr&egrave;s favorable au d&eacute;veloppement local durable. Par-dessus tout, les espaces de fabrication collaboratifs offrent un cadre d&rsquo;&eacute;panouissement et d&rsquo;expression du leadership des femmes, tout en leur donnant la possibilit&eacute; de lutter contre les pr&eacute;jug&eacute;s auxquels elles sont souvent confront&eacute;es dans la soci&eacute;t&eacute; et le milieu des STEM (Science-Technologie-Ing&eacute;nierie et Math&eacute;matiques), cependant, les makerspaces sont expos&eacute;s &agrave; des risques de technocolonialit&eacute; qui pourraient s&eacute;rieusement entraver la dynamique interne et par cons&eacute;quent, leur contribution au d&eacute;veloppement local durable. Pour contrecarrer ces risques de technocolonialit&eacute;, quelques propositions sont faites &agrave; la fin de cette th&egrave;se, &agrave; l&rsquo;endroit des acteurs et actrices impliqu&eacute;-e-s dans l&#39;&eacute;cosyst&egrave;me des makerspaces.</p>", 
  "author": [
    {
      "family": "Thomas Herv\u00e9 Mboa Nkoudou"
    }
  ], 
  "type": "thesis", 
  "id": "4312031"
}
554
234
views
downloads
All versions This version
Views 554554
Downloads 234234
Data volume 1.5 GB1.5 GB
Unique views 519519
Unique downloads 206206

Share

Cite as