Thesis Open Access

La motivation dans l'apprentissage des langues : l'espoir de l'Espéranto

Charles Roduit

Thesis supervisor(s)

Bonvin, Patrick

On peut légitimement se demander comment une personne avec une expérience dans la recherche en biophysique en vient à s’intéresser à l’apprentissage des langues, qui plus est dans le cadre d’une formation d’enseignement en sciences de la vie. Ce thème semble bien loin de mes compétences et intérêts professionnels. Mon intérêt pour l’espéranto est né il y a quelques années lors d’une lecture d’un forum informatique. Mon intention s’est portée sur un fil de discussion hors sujet, parlant d’une langue basée sur la logique. Bercé par la notion que l’on est soit logique, soit littéraire, cette porte ouverte sur cet univers rebutant que sont pour moi les langues, m’a attiré. Ce petit voyage que j’ai fait dans l’univers espérantiste, m’a montré que ma croyance initiale (on est soit attiré par la logique, soit par les langues) était fausse. Moi, qui ai toujours eu des difficultés en langues, j’ai pris du plaisir à découvrir l’espéranto et a y trouver des liens avec ma langue maternelle.

A ce stade, ma réflexion au sujet des langues s’est arrêtée là. Cette petite graine est restée en dormance dans une terre quelque peu aride. Jusqu’au jour où j’entre à la HEP. Suivant un cours sur l’intégration et l’inclusion scolaire, Mr Bonvin, notre professeur, fait une remarque qui a l’effet d’un éclair dans mon esprit. Parlant de la dyslexie, il affirma que le nombre d’élèves présentant ces troubles semble varier d’une région linguistique à l’autre. Cette variation semble être directement reliée à la distance entre les sons des mots, les phonèmes, et leurs transcriptions écrite, les graphèmes. En anglais, où un grand nombre d’élèves présentent des troubles dyslexiques, un même phonème peut s’écrire dans une grande variété de graphème. Par contre, en italien, où un son s’écrit presque toujours de la même manière, on rencontre peu d’élèves dans cette situation. J’ai alors fait un lien directe avec l’espéranto où un son n’a qu’une seule et même manière de s’écrire et une lettre n’a qu’une seule et même manière de se prononcer. Avec l’accord du professeur Bonvin, j’ai alors fait un mémoire, pour le secondaire II, sur les avantages que peut apporter l’apprentissage de l’espéranto pour les élèves atteins de dyslexie.

Durant la rédaction de ce mémoire, j’ai découvert que j’aurais pu prendre un angle plus générale. Un faisceau d’indice accumulé durant ce travail, montre que l’apprentissage de l’espéranto pourrait bénéficier à tous les élèves. Aujourd’hui, c’est donc dans le cadre de ma formation d’enseignant en secondaire I que j’ai l’opportunité de faire ce travail sur les avantages que pourraient apporter l’apprentissage de l’espéranto. J’ai choisi de prendre l’angle de la motivation car elle me semble le moteur le plus fondamental pour entrer et entretenir dans la durée l’apprentissage des langues en général.

Files (4.4 MB)
Name Size
md_ms1_p24214_2017.pdf
md5:0b895e321535553fa96c898c0088fbd7
4.4 MB Download
41
29
views
downloads
Views 41
Downloads 29
Data volume 128.8 MB
Unique views 37
Unique downloads 25

Share

Cite as